Semax - Liste des produits, FAQ et description détaillée des substances

  1. Stimule le BDNF, améliorant la fonction des neurones sensoriels et des neurones rétiniens.
  2. Favorise le bien-être et la concentration.
  3. Augmente la plasticité du cerveau, accélérant ainsi le processus d'apprentissage.
  4. Accélère et renforce les effets de la récupération après un accident vasculaire cérébral.
  5. Il a un effet positif sur le nerf optique.

1) Pour les accidents vasculaires cérébraux, 18 mg par jour pendant 10 jours, puis 10 jours d'arrêt et à nouveau 10 jours à 18 mg. 

2. à titre récréatif, pour améliorer la concentration, de 150 mcg à 3 mg par jour, selon les besoins, pendant environ 3 semaines. Il est ensuite conseillé de faire une pause de 3 semaines. Ce cycle peut être répété.

3 La version acétylée et amidée du semax est plus stable et peut donc durer plus longtemps et nécessiter moins de peptides que la version classique du semax. Cependant, la version classique du semax est la forme la plus étudiée.

Semax, également connu sous le nom de SEMAX heptapeptide (MEHFPGP), est un médicament peptidique synthétique développé à partir de la structure moléculaire de l'hormone adrénocorticotrope (ACTH). Il a été démontré que ce peptide possède des propriétés nootropes, neuroprotectrices et neurotrophiques prononcées. Il peut améliorer de manière significative l'apprentissage et la mémoire et aider à lutter contre l'anxiété et la dépression. Semax est l'un des rares analogues de peptides régulateurs à être passé de la recherche fondamentale à l'application pratique. 

Le Semax a fait l'objet de recherches approfondies en Russie et a été approuvé par le gouvernement de la Fédération de Russie pour le traitement des accidents vasculaires cérébraux, des attaques ischémiques transitoires, des troubles de la mémoire et de la cognition, des ulcères, des maladies du nerf optique et de l'amélioration du système immunitaire. Cet article complet aborde la structure du peptide Semax, son mécanisme d'action, sa posologie, ses effets secondaires, des citations d'études, des rapports de cas et des recommandations pour des applications potentielles.

Contexte et structure du peptide Semax

Le Semax est une version modifiée d'un neuropeptide naturel appelé ACTH (hormone adrénocorticotrope). Il a été mis au point en Russie dans les années 1980 pour le TRAITEMENT des accidents vasculaires cérébraux et d'autres lésions cérébrales, mais il a depuis été démontré qu'il avait un large éventail d'utilisations thérapeutiques potentielles.

L'hemptapeptide Semax (MEHFPGP) consiste en une séquence de sept acides aminés : Met-Glu-His-Phe-Pro-Gly-Pro. L'ACTH est modifiée en remplaçant la proline en deuxième position par son isomère de forme D et en ajoutant un petit tripeptide synthétique (Lys-Pro-Val) à l'extrémité N. Ces modifications améliorent la stabilité et la biodisponibilité du Semax, ce qui lui permet d'être plus stable et plus biodisponible. Ces modifications améliorent la stabilité et la biodisponibilité du Semax, ce qui lui permet de mieux pénétrer la barrière hémato-encéphalique et d'agir sur le cerveau.

Le squelette peptidique du Semax est similaire à celui d'autres neuropeptides, consistant en une chaîne linéaire d'acides aminés reliés entre eux par des liaisons peptidiques. Sa structure tridimensionnelle se caractérise par sa forme hélicoïdale, qui lui permet d'interagir avec des récepteurs spécifiques du cerveau. 

Avantages de SEMAX : ce qu'il faut savoir

En tant qu'analogue synthétique de l'hormone adrénocorticotrope 4-10, Semax s'est avéré dans des études scientifiques avoir des effets nootropes et une activité neuroprotectrice. 

    • Des études ont suggéré l'administration du peptide Semax pour le traitement de maladies du SNC telles que l'accident vasculaire cérébral ischémique, l'encéphalopathie dyscérébrale et l'atrophie du nerf optique, ainsi que pour augmenter la capacité d'adaptation dans des conditions extrêmes.

    • Il a été démontré que le Semax améliore l'apprentissage et la mémoire, réduit l'anxiété, améliore l'attention et la mémoire à court terme, aide à la récupération après un accident vasculaire cérébral (AVC), améliore la neuropathie optique du glaucome, agit comme analgésique et aide à traiter le TDAH. 

    • La recherche suggère également que le Semax pourrait avoir des effets neuroprotecteurs, ce qui en fait un candidat prometteur pour le traitement des maladies neurodégénératives telles que la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson.

    • En outre, on a constaté que le Semax renforçait le système immunitaire et améliorait l'endurance physique.

    • En outre, les effets neuroprotecteurs de Semax peuvent contribuer à protéger le cerveau contre divers types de stress et de dommages. 

    • Le Semax fait l'objet de recherches approfondies en Russie et est approuvé par le gouvernement de la Fédération de Russie pour diverses utilisations médicales, notamment le traitement des accidents vasculaires cérébraux, des attaques ischémiques transitoires, de la mémoire, des troubles cognitifs, des ulcères, des maladies du nerf optique et de l'amélioration du système immunitaire.

Comment fonctionne SEMAX : Explication de son mécanisme d'action possible     

Il a été démontré que le Semax se lie aux récepteurs neuropeptidiques de l'ACTH et de l'alpha-MSH (hormone de stimulation mélanocytaire), ainsi qu'à un récepteur spécifique du Semax lui-même, appelé récepteur à faible affinité du NGF. Cette interaction avec des récepteurs spécifiques déclenche une cascade d'événements biochimiques au sein des neurones, améliorant la fonction cognitive et d'autres effets bénéfiques observés lors de l'administration du Semax.

Un autre mécanisme d'action possible de Semax implique l'activation des systèmes cérébraux dopaminergiques et sérotoninergiques, comme cela a été démontré chez les rongeurs. La recherche rapporte que Semax a un effet modulateur positif sur le système sérotonergique dans le striatum, comme en témoigne l'augmentation du contenu tissulaire du métabolite 5-hydroxyindoleacetic acid (5-HIAA). Le peptide a également augmenté les niveaux extracellulaires du métabolite 5-HIAA dans le striatum chez les rongeurs. En outre, le Semax a la capacité d'augmenter la libération de dopamine et le comportement locomoteur en interagissant avec le système dopaminergique [1].

En ce qui concerne les accidents vasculaires cérébraux, il a été démontré que Semax augmentait les taux plasmatiques de BDNF, améliorait la fonction motrice et accélérait la récupération fonctionnelle chez les patients ayant subi un accident vasculaire cérébral ischémique. Il renforce la réponse immunitaire et modifie l'expression des gènes liés aux systèmes immunitaire et vasculaire, ce qui suggère que son mécanisme neuroprotecteur agit par le biais de la transmission neuro-immune. En outre, Semax présente des propriétés anti-inflammatoires et peut réduire l'expression des gènes pro-inflammatoires induits par l'ischémie. Il module également les processus liés à l'inflammation, à la mort cellulaire, à la neuroprotection et à la régénération pendant l'ischémie cérébrale, ce qui indique ses propriétés neuroprotectrices potentielles [5-10]. 

On a constaté que le Semax augmentait les niveaux de protéines BDNF et la phosphorylation de la tyrosine trkB dans la région de l'hippocampe. Cette modulation du système BDNF/trkB dans l'hippocampe a été suggérée comme un mécanisme par lequel le Semax affecte les fonctions cognitives du cerveau [6].Attention : Parallèlement à la recherche, d'autres mécanismes proposés sont examinés.

Dosage de SEMAX : basé sur des recherches scientifiques ?

Les doses appropriées de Semax dans les études de recherche dépendent de l'affection, de la voie d'administration et de la durée du traitement. Dans les études sur l'anxiété et la dépression, Semax a été administré par voie intranasale à des doses de 50 et 500 μg/kg, 15 minutes avant le test. Certaines études ont également utilisé des doses plus faibles de Semax, telles que des solutions de 1% et de 0,1% [3-6].

Différents dosages et traitements ont été utilisés chez les patients ayant subi un accident vasculaire cérébral. Les doses quotidiennes les plus efficaces se sont avérées être de 12 mg pour les patients ayant subi un AVC modéré et de 18 mg pour les patients ayant subi un AVC grave, administrées sur une période de 5 à 10 jours. Une autre étude a utilisé une dose élevée de 100 mg/kg de Semax et une concentration équivalente de tripeptide PGP de 37,5 mg/kg, administrées par voie intrapéritonéale à différents intervalles après l'AVC [6-11].

Le Semax a également été étudié pour son utilisation potentielle dans le traitement palliatif de la maladie du motoneurone. Les patients ont reçu une dose quotidienne de 12 mg par voie intranasale sur deux périodes de 10 jours avec une pause de 2 semaines entre les deux [11].

Dans les études animales, les doses de Semax allaient de 0,05 à 450 μg/kg, administrées par voie intranasale ou intrapéritonéale. Semax a montré un potentiel dans la prévention des ulcères de stress à une dose de 50 μg/kg administrée par voie intrapéritonéale. Dans l'étude sur l'infarctus du myocarde, Semax a été administré par voie intrapéritonéale à une dose élevée de 150 μg/kg à différents intervalles après l'occlusion [13-15, 20-29, 31-42].

Dans l'ensemble, la dose de peptide Semax utilisée dans les études de recherche varie considérablement en fonction de l'affection traitée et de la voie d'administration. Des doses faibles et élevées ont été utilisées et le Semax a montré son potentiel dans une série d'affections, ce qui en fait un domaine intéressant pour la poursuite de la recherche.

Note : Pour plus d'informations sur le dosage, lire l'article complet.

Effets secondaires de SEMAX : à quoi faut-il faire attention ?

Les effets secondaires de Semax, s'ils se produisent, peuvent être comparés à la consommation d'un café trop fort ; les effets secondaires courants de Semax comprennent de légers maux de tête, des nausées et une irritation nasale. Dans de rares cas, une augmentation de l'anxiété ou de l'insomnie peut survenir.

Recherche sur le peptide Semax

Le peptide Semax et l'anxiété et la dépression : est-il efficace ?

Le Semax est un heptapeptide aux propriétés nootropiques et neuroprotectrices. Une étude menée sur des rats a montré que l'exposition à la fluvoxamine, un antidépresseur, à un stade précoce de la vie, entraînait une altération à long terme du comportement anxieux, de la capacité d'apprentissage et de la teneur en monoamines du cerveau. Cependant, l'administration de Semax a atténué ces effets en réduisant les comportements anxieux, en améliorant les capacités d'apprentissage et en normalisant les niveaux cérébraux d'amines biogènes qui avaient été perturbés par l'exposition à la fluvoxamine. L'étude a montré que Semax a un potentiel en tant qu'antidépresseur et agent anti-anxiété, avec la capacité de prévenir les déficits comportementaux causés par des niveaux anormaux de sérotonine [2].

Une autre étude chez le rat a examiné les effets du Semax (MEHFPGP) sur l'anxiété et la dépression. Les résultats indiquent que Semax à des doses de 50 et 500 microg/kg a montré des effets anti-anxiété et antidépresseurs chez des rats présentant une anxiété élevée et une dépression induite par l'administration de tétragastrine (CCK-4). En ce qui concerne la dose, le groupe a reçu Semax à des doses de 50 et 500 microg/kg par voie intranasale 15 minutes avant le test d'anxiété et de dépression [3].

Les effets du Semax, un analogue de l'ACTH (4-10), ont été étudiés chez des rats présentant des troubles du système dopaminergique cérébral induits par le MPTP. L'administration de MPTP a entraîné une diminution de l'activité locomotrice et une augmentation de l'anxiété, tandis que l'administration de Semax a atténué ces changements comportementaux. L'effet protecteur de Semax est dû à son effet modulateur sur le système dopaminergique cérébral et à ses propriétés neuroprotectrices [4].

Avantages du peptide Semax pour les accidents vasculaires cérébraux

Cette étude contrôlée visait à évaluer les effets du Semax et de la durée de la rééducation sur les taux plasmatiques de BDNF et les performances motrices chez des patients ayant subi un accident vasculaire cérébral ischémique. Les résultats ont montré que l'administration de Semax augmentait les niveaux de BDNF plasmatique, améliorait les performances motrices et accélérait la récupération fonctionnelle, indépendamment de la durée de la rééducation. La rééducation précoce et l'administration de Semax sont en corrélation positive avec l'amélioration de la fonction motrice chez les patients ayant subi un accident vasculaire cérébral ischémique. En termes de dose, le schéma d'administration standard du Semax utilisé dans l'étude consistait en deux phases d'une durée de 10 jours avec un intervalle de 20 jours. La dose utilisée était de 6000 μg/jour [5].

Une autre étude menée sur 30 patients ayant subi un accident vasculaire cérébral ischémique aigu a montré que Semax améliorait le taux de retour de la fonction neurologique, en particulier de la déficience motrice. L'étude a révélé que les doses quotidiennes les plus efficaces de Semax étaient de 12 mg pour les patients ayant subi un AVC modéré et de 18 mg pour les patients ayant subi un AVC grave. La durée du traitement pour les deux doses était respectivement de 5 et 10 jours [6].

Une étude menée sur des rats atteints d'ischémie cérébrale focale a montré que Semax renforçait considérablement la réponse immunitaire en affectant diverses voies de signalisation et processus biologiques. L'étude a suggéré que le mécanisme neuroprotecteur de Semax fonctionne par le biais de la transmission neuro-immune. L'étude a utilisé une dose de 100 μg/kg pc de Semax et une concentration équivalente de 37,5 μg/kg de tripeptide PGP. Des injections intrapéritonéales de Semax, de PGP ou de solution saline ont été administrées 15 minutes, 1 heure, 4 heures et 8 heures après l'occlusion permanente de l'artère cérébrale moyenne. La première injection a été effectuée 15 minutes après l'occlusion afin de simuler au mieux l'utilisation clinique du Semax, car des études ont montré que l'efficacité du traitement par Semax augmente lorsque le délai entre l'occlusion et la première injection est réduit chez les patients victimes d'un AVC [7].

Semax a principalement renforcé les gènes liés aux systèmes immunitaire et vasculaire dans le tissu cérébral du rat. Les résultats ont révélé que Semax modifie l'expression des gènes qui modulent le nombre et la mobilité des cellules immunitaires. Il augmente également l'expression des gènes codant pour les chimiokines et les immunoglobulines. L'effet immunomodulateur de Semax est probablement le mécanisme clé qui sous-tend son effet neuroprotecteur [8].

Une autre étude a montré que le Semax réduisait l'expression de plusieurs gènes pro-inflammatoires induits par l'ischémie. Ces résultats suggèrent que l'effet protecteur du Semax dans les accidents vasculaires cérébraux pourrait être dû à ses propriétés anti-inflammatoires [9].

Une étude animale a montré que le Semax supprimait l'expression des gènes inflammatoires, régulait à la baisse les protéines associées à la mort cellulaire et activait les protéines associées à la neuroprotection et à la récupération lors d'une ischémie cérébrale. Ces résultats suggèrent que Semax pourrait avoir des propriétés neuroprotectrices en modulant ces processus au niveau du transcriptome et des protéines [10].

Les bienfaits du peptide Semax pour le cerveau

Semax et la maladie du motoneurone (MND)

L'étude a été menée sur 27 patients atteints de la maladie du motoneurone (MND). Le chercheur a évalué l'effet de Semax sur la dénervation partielle chronique (CPD) et la qualité de vie. Il a été constaté que le Semax améliorait de manière significative l'estimation de la qualité de vie totale en raison de l'amélioration de l'état émotionnel et de la motivation chez les patients atteints de MND, avec un effet maximal au jour 10. En termes de dose, les patients ont reçu le Semax (solution de 1%) par voie intranasale en deux périodes de 10 jours avec une pause de 2 semaines entre les deux, à raison d'une dose quotidienne de 12 mg. Cela suggère qu'une dose quotidienne de 12 mg de Semax en deux périodes de 10 jours avec un intervalle de 2 semaines pourrait être possible pour la thérapie palliative de la MND [11].

Semax et maladies neurodégénératives

La maladie d'Alzheimer se caractérise par l'agrégation de la protéine amyloïde-β (Aβ), modulée par les ions métalliques et les membranes phospholipidiques, en particulier les ions Cu2+. Une étude in vitro a montré que Semax inhibait la formation de fibres en interférant avec la fibrillogénèse des complexes Aβ : Cu2+. On a constaté que Semax empêchait la formation de complexes Aβ:Cu2+ et présentait des propriétés anti-agrégation et protectrices, en particulier en présence de Cu2+. Ces résultats suggèrent que le Semax pourrait être un composé multifonctionnel pour le traitement de la maladie d'Alzheimer [12].

Les neurones cholinergiques basaux du cerveau antérieur dégénèrent au cours de la progression de la maladie d'Alzheimer. Une autre étude in vitro a examiné l'effet de Semax sur la survie des neurones cholinergiques de la base du cerveau antérieur. L'étude a révélé que Semax augmentait la survie des neurones cholinergiques d'environ 1,5 à 1,7 fois et stimulait l'activité de la choline acétyltransférase. Les résultats suggèrent que Semax pourrait être un composé prometteur pour le traitement de la démence associée à la maladie d'Alzheimer. Dans les expériences, le Semax a été utilisé dans une gamme de concentrations allant de 1 nM à 10 microM [13].

Semax et dysfonctionnement cérébral 

Une étude animale a examiné les effets de Semax sur le développement psychomoteur de rats exposés au syndrome de l'acide valproïque fœtal (VA), une condition associée aux troubles du spectre autistique. Les résultats ont montré que Semax normalisait partiellement le développement psychomoteur des jeunes rats, réduisait la dépression, normalisait leur nociception et augmentait leur désir de nouvelles expériences sociales. L'étude a également conclu que Semax avait des effets modulateurs et protecteurs positifs sur le cerveau en développement, y compris dans les cas de dysfonctionnement d'origine néonatale. L'étude suggère que Semax peut corriger les dysfonctionnements cérébraux causés par des effets neurotoxiques prénataux et peut avoir un effet protecteur contre les maladies neurodégénératives. En ce qui concerne le dosage, le chercheur a utilisé Semax par voie intranasale chez les animaux à une dose de 0,05 mg/kg [14].

Semax et lésions cérébrales

Une étude animale a examiné les effets de Semax sur le comportement et les changements dans le système dopaminergique du cerveau induits par la neurotoxine MPTP. La neurotoxine a réduit l'activité motrice et augmenté l'anxiété, tandis que l'administration intranasale quotidienne de Semax a réduit la gravité de ces perturbations. L'effet protecteur du Semax peut être dû à son effet modulateur sur le système dopaminergique et à ses effets neurotrophiques. Semax a été administré par voie intranasale à une dose de 0,2 mg/kg [15].

Semax, un peptide nootropique

Semax et effets cognitifs

Une étude menée sur des rats a montré que le Semax augmentait les niveaux de protéines BDNF et les niveaux de phosphorylation de la tyrosine trkB dans la région de l'hippocampe, améliorant ainsi les réponses d'évitement conditionnées. Les chercheurs ont suggéré que Semax soutient la fonction cognitive du cerveau en modulant l'expression et l'activation du système BDNF/trkB de l'hippocampe [16].

Semax, apprentissage et formation de la mémoire

Le Semax a des effets neuroprotecteurs significatifs et améliore l'apprentissage et la formation de la mémoire. Des études récentes ont montré que le Semax se lie spécifiquement au cerveau antérieur basal avec une constante de dissociation de 2,4+/-1,0 nm, augmentant les niveaux de BDNF dans cette région mais pas dans le cervelet. Ces résultats suggèrent que les effets cognitifs du Semax peuvent être liés à l'augmentation des niveaux de protéines BDNF dans le cerveau antérieur et que des sites de liaison spécifiques du Semax sont présents dans cette région du cerveau [17].

Une autre étude a montré que le Semax s'opposait efficacement à l'inhibition de l'apprentissage et de la mémoire induite par les métaux lourds chez les rats, tout comme l'acide ascorbique. Il a été suggéré que le potentiel antioxydant de Semax était responsable de cet effet protecteur significatif [18].

L'administration intranasale de Semax pendant six jours consécutifs à des rats a produit des effets antimuscariniques et neuroprotecteurs significatifs. Ces effets ont été démontrés par la diminution de l'étendue des lésions du tissu cortical et l'augmentation de la capacité à se comporter et à effectuer un comportement d'évitement passif conditionné [19].

Semax réduit les déficits neurologiques et augmente la survie des rats atteints d'ischémie cérébrale modélisée. Cette étude a montré que Semax réduisait les déficits neurologiques et l'amnésie dans une situation d'évitement passif graduel lorsqu'il était administré de manière préventive à des rats souffrant d'une ischémie cérébrale modélisée. La dose de Semax utilisée dans cette étude allait de 0,3 à 1,2 mg/kg par jour [20].

Une autre étude a montré que le Semax était capable de prévenir l'amnésie rétrograde chez des souris soumises à des conditions de stress et d'améliorer leur survie dans la chambre de test d'altitude [21].

Des infarctus ischémiques induits par une thrombose dans le cortex préfrontal de rats ont altéré la mémoire spatiale. Cependant, l'administration intranasale chronique de Semax à une dose de 250 microg/kg/jour pendant six jours après la thrombose a permis aux animaux de recouvrer leur capacité d'apprentissage. L'activité neuroprotectrice du peptide et sa capacité à stimuler la synthèse de facteurs neurotrophiques peuvent expliquer son effet anti-amnestique à long terme [22].

Effets nootropes et analgésiques de Semax

Une étude a examiné les effets du Semax sur l'apprentissage et la sensibilité à la douleur chez les rats par administration intrapéritonéale et intranasale. Semax a montré une activité nootropique et analgésique après administration intrapéritonéale. Un effet d'amélioration de l'apprentissage plus important a été observé après l'administration intranasale. L'administration intranasale n'a cependant pas eu d'effet sur la sensibilité à la douleur. Les chercheurs ont suggéré que Semax pourrait avoir différents mécanismes et structures cérébrales impliqués dans ses effets nootropes et analgésiques [36].

Semax peptide et TDAH : ce que dit la recherche

Une étude a montré que l'heptapeptide de Semax améliore la mémoire, l'attention et la libération de dopamine centrale chez les rongeurs. Il stimule également la synthèse du facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF) et peut améliorer l'attention sélective et moduler le développement du cerveau. Par conséquent, Semax pourrait avoir un potentiel thérapeutique dans le TDAH, un trouble neurodéveloppemental caractérisé par un dysfonctionnement de la dopamine et du BDNF. En outre, Semax pourrait améliorer le syndrome de Rett, un trouble neurodéveloppemental grave, en augmentant l'activité centrale du BDNF. D'autres études à grande échelle sont nécessaires pour étudier cet effet thérapeutique potentiel dans la prise en charge du TDAH et du syndrome de Rett [23].

Semax et intégrité du tractus gastro-intestinal

Améliorer le microbiote intestinal

Une étude a montré que le Semax affectait le microbiote intestinal de rats soumis à un stress chronique. L'exposition chronique au stress a provoqué une diminution des bactéries obligatoires chez les rats, mais une augmentation des micro-organismes opportunistes. Cependant, Semax à des doses de 50 et 150 μg/kg a empêché ces changements induits par le stress et a maintenu un équilibre sain du microbiote. Les chercheurs ont proposé que l'effet de Semax puisse être attribué à ses effets neurotropes centraux et à sa capacité à se lier aux récepteurs périphériques de la mélanocortine situés dans l'intestin. En termes de dose, Semax a été administré à des rats Wistar mâles par voie intrapéritonéale à des doses de 5, 50, 150 et 450 μg/kg, 12 à 15 minutes avant l'exposition au stress [24].

Protéger l'intégrité du gros intestin

Le stress provoque divers changements négatifs dans le côlon, notamment l'atrophie, l'inflammation, des changements dans l'activité des mastocytes et une augmentation des niveaux de corticostérone. Cependant, dans une étude animale, l'administration du peptide Semax a réduit les niveaux de corticostérone, les changements pathomorphologiques et a aidé le côlon à s'adapter au stress. L'effet positif du peptide peut être attribué à ses différents effets physiologiques et pharmacologiques. Le groupe a reçu du Semax à des doses de 5, 50, 150 et 450 μg/kg, 12 à 15 minutes avant l'exposition au stress de contention [25].

Semax et ulcère gastroduodénal

Dans une étude, le peptide Semax a favorisé de manière significative la cicatrisation d'ulcères chez des patients souffrant d'ulcères gastroduodénaux réfractaires lorsqu'il était associé à des préparations traditionnelles. Au 14e jour de traitement, 89,5% des patients recevant Semax par voie intranasale avaient guéri de leur ulcère, contre 30,8% dans le groupe témoin. D'autres essais cliniques sont nécessaires pour évaluer l'activité anti-ulcéreuse de Semax dans différentes combinaisons avec des médicaments anti-ulcéreux conventionnels [26].

Une autre étude menée sur des rats souffrant d'ulcères induits par l'indométhacine a montré que l'administration intrapéritonéale de Semax à une dose de 50 mg/kg empêchait la réduction du flux sanguin induite par l'indométhacine. Il a été conclu que l'effet anti-ulcéreux potentiel de Semax pouvait être lié à l'amélioration du flux sanguin dans la paroi gastrique altérée par l'indométhacine [27].

Une autre étude a testé les effets des peptides gliproline et Semax sur les ulcères chez les rats. Les peptides ont accéléré le processus de cicatrisation des ulcères, le Semax étant le plus efficace. Il a également été démontré que les peptides réduisaient l'inflammation dans la zone de l'ulcère. Leur effet anti-ulcère a été attribué à leur capacité à accélérer la clarification de l'ulcère et à activer le processus de cicatrisation et d'épithélialisation [28].

Une autre étude a montré que Semax à une dose de 50 μg/kg protégeait la muqueuse gastrique des dommages induits par les ulcères tels que l'éthanol et le stress. En outre, le traitement postopératoire par Semax a empêché la formation d'ulcères induits par l'acide acétique et a favorisé leur cicatrisation. L'effet anti-ulcéreux de Semax était similaire à celui du tripeptide PGP à la dose testée. La dose de Semax utilisée dans l'étude était de 50 μg/kg administrée par voie intrapéritonéale [29].

Semax et insuffisance cérébrovasculaire

Une étude a testé l'effet de Semax chez 187 patients souffrant d'insuffisance cérébrovasculaire (IC). La tolérance, l'efficacité et les complications liées à l'administration du Semax ont été évaluées. L'administration de Semax a entraîné une amélioration clinique significative, une stabilisation de la progression de la maladie et une réduction du risque d'accident vasculaire cérébral et d'accident ischémique transitoire. Le Semax a été bien toléré par les patients, y compris dans les groupes d'âge plus élevé, et a eu une faible incidence d'effets indésirables [30].

Semax et infarctus aigu du myocarde

Dans une étude menée sur des rats ayant subi un infarctus aigu du myocarde (IAM), Semax a empêché les changements ultrastructuraux induits par l'ischémie dans les cardiomyocytes. Il a également réduit l'augmentation des concentrations plasmatiques de nitrate sans affecter la fonction cardiaque. Les chercheurs suggèrent que Semax pourrait avoir un effet protecteur sur le cœur en cas d'IAM. Dans cette étude, Semax (150 μg/kg) a été administré par voie intrapéritonéale 15 min et 2 h après l'occlusion coronaire [31].

Dans une autre étude, l'administration de Semax après une occlusion coronaire a empêché des changements dans la structure des cardiomyocytes et a réduit les concentrations plasmatiques de nitrate chez les rats. Pendant 28 jours, après un infarctus du myocarde, Semax a partiellement empêché une augmentation de la pression de fin de diastole du ventricule gauche et a amélioré l'hypertrophie des cardiomyocytes. En outre, il a amélioré la croissance excessive de l'appareil contractile et mitochondrial. Ces résultats indiquent que Semax a un effet positif sur le développement de l'insuffisance cardiaque et le remodelage du ventricule gauche, même à des stades avancés après l'infarctus du myocarde. La dose de Semax utilisée dans cette étude était de 150 μg/kg de poids corporel. Le Semax a été administré par voie intrapéritonéale deux fois le jour de l'occlusion de l'artère coronaire descendante gauche, 15 minutes et deux heures après l'occlusion, et une fois par jour pendant les six jours suivants [32].

L'activation du système nerveux sympathique aggrave l'évolution de l'infarctus du myocarde. Une étude a montré que le peptide Semax réduisait l'activation du système nerveux sympathique. Il a également empêché une augmentation de la densité des terminaisons sympathiques chez les rats ayant subi un infarctus du myocarde. Le peptide a également réduit la densité des récepteurs α-adrénergiques et la réactivité vasculaire dans l'artère caudale des rats après une lésion d'ischémie-reperfusion [33].

Semax et maladie du nerf optique

Dans une étude, trois groupes de patients ont reçu Semax par différentes voies, le groupe 1 recevant des gouttes nasales, le groupe 2 recevant une électrophorèse endonasale et le groupe 3 étant le groupe témoin. L'ajout de Semax au traitement de la maladie du nerf optique a amélioré la fonction visuelle, augmenté la vitesse de récupération et protégé le tissu nerveux des séquelles de la lésion. Des changements positifs dans la présentation clinique ont été observés, notamment une amélioration de l'acuité visuelle, un élargissement du champ visuel total, une conduction du nerf optique, une augmentation de la sensibilité électrique et une amélioration de la vision des couleurs [34].

Semax et neuropathie optique

Les thérapies neuroprotectrices pour les patients atteints de glaucome, y compris le peptide Semax, ont été plus efficaces que les traitements neuroprotecteurs traditionnels. Dans une étude, le Semax s'est révélé bénéfique en raison de son activité pathogène et de ses effets neuroprotecteurs et neurotrophiques [35].

Semax et la douleur

Une étude a examiné l'effet de l'ACTH4-10 et de son analogue Semax sur la sensibilité à la douleur dans différents modèles animaux. L'ACTH4-10 a montré un effet analgésique à une dose de 0,5 mg/kg, alors que des doses plus faibles n'ont eu aucun effet. Le Semax a montré une réduction dose-dépendante de la sensibilité à la douleur dans tous les modèles expérimentaux, indiquant que le remplacement des trois résidus d'acides aminés C-terminaux de l'ACTH4-10 par la séquence Pro-Gly-Pro a augmenté son pouvoir analgésique après injection périphérique. L'étude a administré l'ACTH4-10 à une dose de 0,5 mg/kg et le Semax à des doses allant de 0,015 à 0,500 mg/kg [37].

Semax et rythme quotidien

Une étude menée sur des rats a montré que la préparation nootropique Semax normalisait leur rythme locomoteur circadien. Cet effet s'est manifesté par une augmentation de l'amplitude, un décalage de l'acrophase et une modification des caractéristiques spectrales. En outre, la préparation a diminué l'indice chronobiologique intégral. Selon certaines études, un effet spécifique de ce stimulant cognitif pourrait être sa capacité à synchroniser les rythmes et à réguler la fréquence cardiaque [38].

Semax et immunomodulation

Une étude animale a examiné les effets correcteurs immunologiques de Semax sur la réponse immunitaire induite par le stress "social". Les résultats ont montré que Semax rétablissait efficacement les réponses immunogènes cellulaires et humorales et l'activité phagocytaire des neutrophiles, ce qui indique son potentiel en tant que correcteur immunitaire doté de propriétés immunomodulatrices. D'autres recherches dans ce domaine sont nécessaires [39].

Une autre étude a testé l'effet de Semax sur la composition cellulaire des structures lymphoïdes spléniques chez des rats soumis à différentes conditions de stress. Lors de l'évaluation de la récupération après un stress, Semax a réduit la prolifération des macrophages induite par le stress et les processus destructeurs dans la rate. Les résultats indiquent la capacité de Semax à atténuer les effets négatifs du stress sur cet organe important [40].

Semax et pancréatite

Une étude animale a comparé les effets de Semax à ceux de médicaments contre la pancréatite aiguë. Les résultats ont montré qu'une seule administration de Semax réduisait la perte d'animaux, l'hyperfermentation et l'activation de la peroxydation lipidique. Elle a également amélioré la microcirculation et facilité la guérison sans changements fibrotiques significatifs dans le parenchyme. Semax s'est avéré plus efficace que les médicaments [41].

Une autre étude a montré que Semax avait un effet positif sur les changements ultrastructuraux chez les rats atteints de pancréatite aiguë. Administré à une dose de 0,1 mg/kg par le canal pancréatique, Semax a empêché l'augmentation de la nécrose des tissus acinaires et a inhibé l'inflammation suppurative. Ces effets ont conduit à l'induction d'une sclérose et d'une atrophie, préservant finalement des zones importantes du pancréas [42].

Résumé

Le Semax est un peptide synthétique qui a fait l'objet de recherches approfondies en Russie et qui a donné des résultats prometteurs dans le traitement de diverses affections telles que les troubles cognitifs, les accidents vasculaires cérébraux, les ulcères et les maladies du nerf optique. On lui prête des propriétés nootropes, neuroprotectrices et neurotrophiques qui peuvent améliorer la mémoire et l'apprentissage, réduire l'anxiété, améliorer l'attention et la mémoire à court terme et avoir des effets analgésiques. En outre, le Semax est également connu pour renforcer le système immunitaire, ce qui en fait une option prometteuse pour le traitement d'un certain nombre d'affections. En outre, des études récentes suggèrent que le Semax pourrait également avoir des effets neuroprotecteurs et constituer un traitement efficace des maladies neurodégénératives telles que la maladie d'Alzheimer. Le Semax présente un potentiel important dans divers domaines de la médecine, et il est essentiel de poursuivre les recherches pour comprendre pleinement son action et ses applications potentielles.

Clause de non-responsabilité

Cet article est rédigé dans un but d'éducation et de sensibilisation à la substance dont il est question. Il est important de noter qu'il s'agit d'une substance et non d'un produit spécifique. Les informations contenues dans le texte sont basées sur les études scientifiques disponibles et ne sont pas destinées à servir de conseils médicaux ou à promouvoir l'automédication. Le lecteur est invité à consulter un professionnel de la santé qualifié pour toute décision relative à la santé et au traitement.

Sources d'information

    1. Eremin, K. O., Kudrin, V. S., Saransaari, P., Oja, S. S., Grivennikov, I. A., Myasoedov, N. F. et Rayevsky, K. S. (2005). Semax, un analogue de l'ACTH(4-10) aux propriétés nootropes, active les systèmes cérébraux dopaminergiques et sérotoninergiques chez les rongeurs. Neurochemical research, 30(12), 1493-1500. https://doi.org/10.1007/s11064-005-8826-8 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16362768/ 

    1. Glazova, N. Y., Manchenko, D. M., Volodina, M. A., Merchieva, S. A., Andreeva, L. A., Kudrin, V. S., Myasoedov, N. F. et Levitskaya, N. G. (2021). Semax, analogue synthétique de l'ACTH(4-10), atténue les altérations comportementales et neurochimiques consécutives à l'exposition précoce à la fluvoxamine chez les rats blancs. Neuropeptides, 86, 102114. https://doi.org/10.1016/j.npep.2020.102114 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33418449/ 

    1. Levitskaia, N. G., Vilenskiĭ, D. A., Sebentsova, E. A., Anreeva, L. A., Kamenskiĭ, A. A. et Miasoedov, N. F. (2010). Izvestiia Akademii nauk. Seriia biologicheskaia, (2), 231-237. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20387390/ 

    1. Levitskaia, N. G., Sebentsova, E. A., Andreeva, L. A., Alfeeva, L. I.u, Kamenskiĭ, A. A., & Miasoedov, N. F. (2002). Neĭroprotektornye éffekty semaksa na fone MFTP-vyzvannykh narusheniĭ dofaminergicheskoĭ sistemy mozga [Effets neuroprotecteurs du semax dans les perturbations du système dopaminergique cérébral induites par le MPTP]. Rossiiskii fiziologicheskii zhurnal imeni I.M. Sechenova, 88(11), 1369-1377. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12587264/ 

    1. Gusev, E. I., Martynov, M. Y., Kostenko, E. V., Petrova, L. V. et Bobyreva, S. N. (2018). Éffektivnost' semaksa pri lechenii bol'nykh na raznykh stadiiakh ishemicheskogo insul'ta [L'efficacité du semax dans le tretament des patients à différents stades de l'accident vasculaire cérébral ischémique]. Zhurnal nevrologii i psikhiatrii imeni S.S. Korsakova, 118(3. Vyp. 2), 61-68. https://doi.org/10.17116/jnevro20181183261-68 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29798983/ 

    1. Gusev, E. I., Skvortsova, V. I., Miasoedov, N. F., Nezavibat'ko, V. N., Zhuravleva, E. I.u, & Vanichkin, A. V. (1997). Effektivnost' semaksa v ostrom periode polusharnogo ishemicheskogo insul'ta (klinicheskoe i élektrofiziologicheskoe issledovanie) [Efficacité du semax en période aiguë d'accident ischémique cérébral hémisphérique (étude clinique et électrophysiologique)]. Zhurnal nevrologii i psikhiatrii imeni S.S. Korsakova, 97(6), 26-34. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11517472/ 

    1. Medvedeva, E. V., Dmitrieva, V. G., Limborska, S. A., Myasoedov, N. F., & Dergunova, L. V. (2017). Semax, un analogue de l'ACTH(4-7), régule l'expression des gènes de la réponse immunitaire pendant la lésion cérébrale ischémique chez le rat. Génétique moléculaire et génomique : MGG, 292(3), 635-653. https://doi.org/10.1007/s00438-017-1297-1 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28255762/

    1. Medvedeva, E. V., Dmitrieva, V. G., Povarova, O. V., Limborska, S. A., Skvortsova, V. I., Myasoedov, N. F., & Dergunova, L. V.. (2014). Le peptide semax affecte l'expression des gènes liés aux systèmes immunitaire et vasculaire dans l'ischémie focale du cerveau de rat : analyse transcriptionnelle à l'échelle du génome. BMC genomics, 15, 228. https://doi.org/10.1186/1471-2164-15-228 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24661604/ 

    1. Dergunova, L. V., Dmitrieva, V. G., Filippenkov, I. B., Stavchansky, V. V., Denisova, A. E., Yuzhakov, V. V., Sevan'kaeva, L. E., Valieva, L. V., Sudarkina, O. Y., Gubsky, L. V., Myasoedov, N. F., & Limborska, S. A. (2021). Molekuliarnaia biologiia, 55(3), 402-411. https://doi.org/10.31857/S0026898421010043 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34097675/ 

    1. Sudarkina, O. Y., Filippenkov, I. B., Stavchansky, V. V., Denisova, A. E., Yuzhakov, V. V., Sevan'kaeva, L. E., Valieva, L. V., Remizova, J. A., Dmitrieva, V. G., Gubsky, L. V., Myasoedov, N. F., Limborska, S. A., & Dergunova, L. V. (2021). Brain Protein Expression Profile Confirms the Protective Effect of the ACTH(4-7)PGP Peptide (Semax) in a Rat Model of Cerebral Ischemia-Reperfusion. International journal of molecular sciences, 22(12), 6179. https://doi.org/10.3390/ijms22126179 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34201112/ 

    1. Serdiuk, A. V., Levitskiĭ, G. N., Miasoedov, N. F. et Skvortsova, V. I. (2007). Zhurnal nevrologii i psikhiatrii imeni S.S. Korsakova, 107(4), 29-39. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18379501/ 

    1. Sciacca, M. F. M., Naletova, I., Giuffrida, M. L. et Attanasio, F. (2022). Semax, un peptide régulateur synthétique, affecte l'agrégation d'Abeta induite par le cuivre et la formation d'amyloïde dans des modèles de membranes artificielles. ACS chemical neuroscience, 13(4), 486-496. https://doi.org/10.1021/acschemneuro.1c00707 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35080861/ 

    1. Grivennikov, I. A., Dolotov, O. V., Zolotarev, Y. A., Andreeva, L. A., Myasoedov, N. F., Leacher, L., Black, I. B. et Dreyfus, C. F. (2008). Effets de l'analogue de l'ACTH (4-10) actif sur le comportement - Semax - sur les neurones cholinergiques du cerveau antérieur basal du rat. Restorative neurology and neuroscience, 26(1), 35-43. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18431004/

    1. Malyshev, A. V., Razumkina, E. V., Dubynin, V. A. et Myasoedov, N. F. (2013). Semax corrige le dysfonctionnement cérébral causé par l'introduction prénatale de l'acide valproïque. Doklady biological sciences : proceedings of the Academy of Sciences of the USSR, Biological sciences sections, 450, 126-129. https://doi.org/10.1134/S0012496613030046 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23821048/ 

    1. Levitskaya, N. G., Sebentsova, E. A., Andreeva, L. A., Alfeeva, L. Y., Kamenskii, A. A. et Myasoedov, N. F. (2004). The neuroprotective effects of Semax in conditions of MPTP-induced lesions of the brain dopaminergic system. Neuroscience and behavioral physiology, 34(4), 399-405. https://doi.org/10.1023/b:neab.0000018752.59465.28 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15341218/ 

    1. Dolotov, O. V., Karpenko, E. A., Inozemtseva, L. S., Seredenina, T. S., Levitskaya, N. G., Rozyczka, J., Dubynina, E. V., Novosadova, E. V., Andreeva, L. A., Alfeeva, L. Y., Kamensky, A. A., Grivennikov, I. A., Myasoedov, N. F., & Engele, J. (2006). Semax, un analogue de l'ACTH(4-10) ayant des effets cognitifs, régule l'expression du BDNF et du trkB dans l'hippocampe du rat. Brain research, 1117(1), 54-60. https://doi.org/10.1016/j.brainres.2006.07.108 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16996037/ 

    1. Dolotov, O. V., Karpenko, E. A., Seredenina, T. S., Inozemtseva, L. S., Levitskaya, N. G., Zolotarev, Y. A., Kamensky, A. A., Grivennikov, I. A., Engele, J. et Myasoedov, N. F. (2006). Semax, un analogue de l'adrénocorticotropine (4-10), se lie spécifiquement et augmente les niveaux de la protéine du facteur neurotrophique dérivé du cerveau dans le cerveau antérieur basal du rat. Journal of neurochemistry, 97 Suppl 1, 82-86. https://doi.org/10.1111/j.1471-4159.2006.03658.x https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16635254/ 

    1. Inozemtsev, A. N., Bokieva, S. B., Karpukhina, O. V., Gumargalieva, K. Z., Kamensky, A. A., & Myasoedov, N. F. (2016). Semax prévient l'apprentissage et l'inhibition de la mémoire par les métaux lourds. Doklady biological sciences : proceedings of the Academy of Sciences of the USSR, Biological sciences sections, 468(1), 112-114. https://doi.org/10.1134/S0012496616030066 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27411820/ 

    1. Romanova, G. A., Silachev, D. N., Shakova, F. M., Kvashennikova, Y. N., Viktorov, I. V., Shram, S. I. et Myasoedov, N. F. (2006). Neuroprotective and antiamnesic effects of Semax during experimental ischemic infarction of the cerebral cortex (Effets neuroprotecteurs et antiamnésiques du Semax lors d'un infarctus ischémique expérimental du cortex cérébral). Bulletin of experimental biology and medicine, 142(6), 663-666. https://doi.org/10.1007/s10517-006-0445-0 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17603664/ 

    1. Iasnetsov, V. V. et Voronina, T. A. (2009). Eksperimental'naia i klinicheskaia farmakologiia, 72(1), 68-70. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19334516/ 

    1. Iasnetsov, V. V., & Ivanov, I.uV. (2004). Farmacologicheskaia korrektsiia mnesticheskikh rasstroĭstv, vyzvannykh kompleksnym ékstremal'nym vozdeĭstiem u mysheĭ s pereviazannymi oshchimi sonnymi arteriiami [Correction pharmacologique des troubles de la mémoire causés par une action extrémale complexe chez des souris ayant subi une ligature bilatérale des artères carotides communes]. Eksperimental'naia i klinicheskaia farmakologiia, 67(5), 3-4. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15559625/ 

    1. Silachev, D. N., Shram, S. I., Shakova, F. M., Romanova, G. A. et Myasoedov, N. F. (2009). Formation de la mémoire spatiale chez les rats présentant des lésions ischémiques du cortex préfrontal ; effets d'un analogue synthétique de l'ACTH(4-7). Neuroscience and behavioral physiology, 39(8), 749-756. https://doi.org/10.1007/s11055-009-9197-4 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19779827/ 

    1. Tsai S. J. (2007). Semax, un analogue de l'adrénocorticotropine (4-10), est un agent potentiel pour le traitement du trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité et du syndrome de Rett. Medical hypotheses, 68(5), 1144-1146. https://doi.org/10.1016/j.mehy.2006.07.017 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16996699/

    1. Svishcheva, M. V., Mukhina, A. Y., Medvedeva, O. A., Shevchenko, A. V., Bobyntsev, I. I., Kalutskii, P. V., Andreeva, L. A., & Myasoedov, N. F. (2020). Composition of Colon Microbiota in Rats Treated with ACTH(4-7)-PGP Peptide (Semax) under Conditions of Restraint Stress (Composition du microbiote du côlon chez les rats traités avec l'ACTH(4-7)-PGP Peptide (Semax) dans des conditions de contrainte). Bulletin of experimental biology and medicine, 169(3), 357-360. https://doi.org/10.1007/s10517-020-04886-7  https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32737723/  

    1. Svishcheva, M. V., Mishina, Y. S., Medvedeva, O. A., Bobyntsev, I. I., Mukhina, A. Y., Kalutskii, P. V., Andreeva, L. A. et Myasoedov, N. F. (2021). Morphofunctional State of the Large Intestine in Rats under Conditions of Restraint Stress and Administration of Peptide ACTH(4-7)-PGP (Semax) (État morphofonctionnel du gros intestin chez les rats dans des conditions de contrainte et d'administration de peptide ACTH(4-7)-PGP (Semax)). Bulletin of experimental biology and medicine, 170(3), 384-388. https://doi.org/10.1007/s10517-021-05072-z  https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33459919/  

    1. Ivanikov, I. O., Brekhova, M. E., Samonina, G. E., Myasoedov, N. F. et Ashmarin, I. P. (2002). Therapy of peptic ulcer with semax peptide. Bulletin of experimental biology and medicine, 134(1), 73-74. https://doi.org/10.1023/a:1020621124776  https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12459874/  

    1. Zhuikova, S. E., Sergeev, V. I., Samonina, G. E. et Myasoedov, N. F. (2002). Mécanisme possible de l'effet du Semax sur la formation d'ulcères induits par l'indométhacine chez les rats. Bulletin de biologie et de médecine expérimentales, 133(6), 577-579. https://doi.org/10.1023/a:1020285909696 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12447470/  

    1. Zhuĭkova, S. E., Badmaeva, K. E., Samonina, G. E. et Plesskaia, L. G. (2003). Semaks i nekotorye gliprolinovye peptidy uskoriaiut zazhivlenie atsetatnykh iazv u krys [Semax et certains peptides de glyproline accélèrent la cicatrisation des ulcères acétiques chez les rats]. Eksperimental'naia i klinicheskaia gastroenterologiia = Experimental & clinical gastroenterology, (4), 88-117. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/14653248/   

    1. Zhuikova, S. E., Smirnova, E. A., Bakaeva, Z. V., Samonina, G. E. et Ashmarin, I. P. (2000). Effet du Semax sur l'homéostasie de la muqueuse gastrique chez les rats albinos. Bulletin de biologie et de médecine expérimentales, 130(9), 871-873. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11177268/

    1. Gusev, E. I., Skvortsova, V. I. et Chukanova, E. I. (2005). Zhurnal nevrologii i psikhiatrii imeni S.S. Korsakova, 105(2), 35-40. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15792140/   

    1. Golubeva, A. V., Gavrilova, S. A., Lipina, T. V., Shornikova, M. V., Postnikov, A. B., Andreeva, L. A., Chentsov, I.uS. et Koshelev, V. B. (2006). Rossiiskii fiziologicheskii zhurnal imeni I.M. Sechenova, 92(6), 732-745. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16967870/  

    1. Gavrilova, S. A., Golubeva, A. V., Lipina, T. V., Fominykh, E. S., Shornikova, M. V., Postnikov, A. B., Andrejeva, L. A., Chentsov, I.uS. et Koshelev, V. B. (2006). Rossiiskii fiziologicheskii zhurnal imeni I.M. Sechenova, 92(11), 1305-1321. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17385423/  

    1. Gorbacheva, A. M., Berdalin, A. B., Stulova, A. N., Nikogosova, A. D., Lin, M. D., Buravkov, S. V., Gavrilova, S. A., & Koshelev, V. B. (2016). Changements dans l'innervation sympathique de l'artère caudale du rat dans l'infarctus du myocarde expérimental. Effet du peptide Semax. Bulletin de biologie et de médecine expérimentales, 161(4), 476-480. https://doi.org/10.1007/s10517-016-3442-y  https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27591879/

    1. Polunin, G. S., Nurieva, S. M., Baiandin, D. L., Sheremet, N. L. et Andreeva, L. A. (2000). Opredelenie terapevticheskoĭ éffektivnosti novogo otechestvennogo preparata "Semaks" pri zabolevaniiakh zritel'nogo nerva [Évaluation de l'effet thérapeutique du nouveau médicament russe semax dans la maladie du nerf optique]. Vestnik oftalmologii, 116(1), 15-18. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10741256/  

    1. Kurysheva, N. I., Shpak, A. A., Ioĭleva, E. E., Galanter, L. I., Nagornova, N. D., Shubina, N. I.u, & Shlyshalova, N. N. (2001). "Semaks" v lechenii glaukomatoznoĭ opticheskoĭ neĭropatii u bol'nykh s normalizovannym oftal'motonusom [Semax dans le traitement de la neuropathie optique glaucomateuse chez les patients dont le tonus ophtalmique est normalisé]. Vestnik oftalmologii, 117(4), 5-8. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11569188/  

    1. Manchenko, D. M., Glazova, N. I.u, Levitskaia, N. G., Andreeva, L. A., Kamenskiĭ, A. A. et Miasoedov, N. F. (2010). Rossiiskii fiziologicheskii zhurnal imeni I.M. Sechenova, 96(10), 1014-1023.  https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21268834/   

    1. Ivanova, D. M., Levitskaya, N. G., Andreeva, L. A., Kamenskii, A. A. et Myasoedov, N. F. (2007). Étude comparative du pouvoir analgésique du fragment ACTH4-10 et de son analogue, le semax. Bulletin de biologie et de médecine expérimentales, 143(1), 5-8. https://doi.org/10.1007/s10517-007-0002-5 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18018999/

    1. Arushanian, E. B., et Popov, A. V.. (2008). Eksperimental'naia i klinicheskaia farmakologiia, 71(2), 14-16. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18488900/   

    1. Samotrueva, M. A., Yasenyavskaya, A. L., Murtalieva, V. K., Bashkina, O. A., Myasoedov, N. F., Andreeva, L. A., & Karaulov, A. V. (2019). Substantiation expérimentale de l'application de Semax en tant que modulateur de la réaction immunitaire sur le modèle du stress "social". Bulletin de biologie et de médecine expérimentales, 166(6), 754-758. https://doi.org/10.1007/s10517-019-04434-y  https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31028579/  

    1. Bakhmet, A. A., & Koplik, E. V. (2012). Effet antistress de Semax dans le cours de la récupération des structures lymphoïdes de la rate après le stress chez les rats avec une activité comportementale différente. Bulletin of experimental biology and medicine, 153(5), 661-663. https://doi.org/10.1007/s10517-012-1792-7 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23113251/  

    1. Ivanov, I.uV., & Iasnetsov, V. V. (2000). Vliianie semaksa i meksidola na techenie ostrogo pankreatita u krys [L'effet du semax et du mexidol sur l'évolution de la pancréatite aiguë chez les rats]. Eksperimental'naia i klinicheskaia farmakologiia, 63(1), 41-44. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10763109/  

    1. Ivanov I.uV. (2000). Ul'trastrukturnye izmeneniia v podzheludochnoĭ zheleze krys s ostrym pankreatitom posle vvedeniia semaksa [Changements ultrastructuraux dans le pancréas des rats atteints de pancréatite aiguë après administration de semax]. Eksperimental'naia i klinicheskaia farmakologiia, 63(6), 37-38. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11202510/     

Bulletin d'information sur la santé

Vous souhaitez être tenu au courant des dernières nouvelles, des offres spéciales et des dernières recherches sur les peptides ? Inscrivez-vous à notre lettre d'information ! C'est le moyen le plus simple de ne manquer aucune nouvelle, aucune promotion et de recevoir des conseils d'experts exclusifs sur les peptides et un mode de vie sain. Rejoignez notre communauté et découvrons ensemble le pouvoir des peptides !

Semax Pologne

Copyright © 

Création et positionnement de sites web - HÉROS DE L'INFORMATIQUE

0
    Votre panier d'achat
    Le panier est videRetour à la boutique
    Ajouter au panier